Prolegomena (I): le Roman de Florimont, une présentation.

Pièce d’identité

Un auteur: Aimon de Varennes
Une date de composition: 1188
Une localisation: “Castelluz” Châtillon d’Azergues (Lyon)
Vue de Châtillon d'Azergues

Vue de Châtillon d’Azergues

Un texte: 13.000 environ couplets octosyllabes.
 15 témoins:
  • A. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 353, ff. 1ra-42ra (fin du XIVe siècle)
  • B. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 792, ff. 3ra-50va (XIIIe siècle)
  • C. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 1374 (première moitié du XIIIe siècle)
  • D. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 1376 (XIIIe siècle)
  • E. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 1491 (XIVe siècle)
  • F. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 15101 (XIIIe siècle)
  • G. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 24376 (XIVe siècle)
  • H. London, British Library, Harley, 3983, ff. 2ra-82vb (1323)
  • H2. London, British Library, Harley, 4487, ff. 3ra-86 (1295)
  • I. Venice, Bibl. Nazionale Marciana, Fr.Z.22 (XIVe siècle)
  • K. Turin, Bibl. Nazionale Universitaria, L.II.16 (XIVe siècle)
  • L. Monze, Bibl. Capitolare, b-21/137, ff. 1r-78r (deuxième quart du XIVe siècle)
  • M. Montpellier, Bibl. Universitaire, H 252, ff. 13-49 (XIIIe-XIVe siècle)
  • T. Tours, Bibl. Municipale, 941 (XIIIe siècle)
  • Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 03434 (1465)
  • Paris, Bibl. Nationale de France, Nouv. Acq. Fr. 5094, ff. 22-23

Les raisons d’un choix textuel

Il faut l’avouer: dans l’ordre chronologique, le choix de réaliser l’édition numérique d’un texte du Moyen Âge roman a précédé le choix même du texte. Heureusement pour nous tous, le Roman de Florimont, choisi d’abord pour les raisons pratiques qu’on expliquera après, s’est révélé bientôt un candidat pleine de charme et de qualités, toujours plus évidentes au fur et à mesure qu’on avançait dans sa connaissance. L’intuition initiale, un peu « viciée » par une attitude pragmatique, a été donc une bonne intuition.

Un pays littéraire

Florimont, fils de Mataquas duc d’Albanie et d’une princesse persienne, après une série d’aventures « classiquement » chevaleresques (dragons, dames-fées, anneaux magique, etc.), mais surtout après la guerre avec Candiobras roi d’Hongrie, épousera enfin Romadanaple, fille du roi Philippe de Macédoine, et de leur union naîtra un autre Philippe. La dernière bataille de Florimont sera celle pour la libération de son père, prisonnier de l’émir de Carthage. C’est encore une victoire et ce sera encore une fois une paix célébrée par un mariage: celui du jeune Philippe de Macédoine avec la jeune fille de l’émir, Olympias.

Voilà que le prequel de l’histoire d’Alexandre le Grand est mis en place. Pour ne pas oublier aucun personnage de la tradition alexandrine, ajoutons que aussi la dame de l’Isle Celee, premier malheureux amour de Florimont, aura ensuite un fils: un jeune enchanteur capable de maîtriser les forces de la nature et qui répond au nom de Nectanabe. Mais il y a plus: au début de l’histoire, une partie de la famille des ancêtres de Florimont traverse l’Europe pour aller fonder, enfin, les règnes de Bretagne et Cornoualle. Le cercle de l’imaginaire romanesque médiévale est fermé. Le pays littéraire qui héberge Aimon et son Florimont est donc celui, sûrement moins célèbre, des romans helléniques, au croisement entre romans d’antiquités et romans byzantines. Ils sont là en bonne compagnie: on peut citer, parmi les autres, Athis et Prophilias, Hue de Roteland avec ses Ipomedon et Prothesilaus, Adenet le Roi avec son Cleomadis, etc.

Une constellation manuscrite

Bien que le numéro des témoins ne soit pas énorme, toutefois dans cette petite « communauté de manuscrits » on est réussi à compliquer suffisamment les relations pour donner du fil à retordre au philologue et assurer un amusant exercice méthodologique. Nous avons donc: deux familles, alfa (seulement FH) et beta (tous les autres manuscrits), avec des différences textuelles très marquées; des archétypes qui semblent avoir une spécificité regionale (FH pour la Lorraine, GK pour l’Italie); une distribution géographique élargie (Lorraine, Bourgogne, Midi, Ile-de-France, Italie); des témoins fragmentaires ou endommagés.

Des régions linguistiques

La langue enfin. Ces 13.000 octosyllabes, dans leurs différentes manifestations manuscrites, ont eu la capacité de croiser deux traditions linguistiques très particulières et toujours « en cherche de témoignage ». Je fais référence à:
  1. le franco-provençal, troisième domaine linguistique après ceux de la langue d’oïl et de la langue d’oc, couvrant une aire qui va de la région de Lyon à celle de Genève en passant par les vallées italiennes;
  2. le franco-italien, formulation linguistique exclusivement écrite, langue strictement littéraire avec un degré de variabilité presque individuel, manifestation tangible d’une appropriation culturelle, celle de la littérature française dans l’Italie du centre et du nord, de la Toscane jusqu’à la région de Venise.
Dans le cas du franco-italien on assiste depuis environ deux décennies à la manifestation d’un intérêt croissant pour ce contexte de réception-copie-production, dont on apprécie toujours mieux le poids déterminant dans beaucoup de traditions textuelles. Dans le cas du franco-provençal, c’est l’Histoire même qui a imposé des limites à la connaissance au point qu’on pourrait dire que les doigts des mains (d’une main?) sont presque suffisants pour énumérer les témoignages littéraires (je souligne, littéraires) à notre disposition. Contribuer à des études en plein essor, dans le premier cas, et ajouter des données significatives à un corpus « pauvre » malgré lui, dans le deuxième cas: voilà ce que le Roman de Florimont peut offrir en terme de histoire de la langue.

Pour commencer

Ce sont justement ces caractéristiques qui nous ont aidé dans le choix des témoins avec lesquels démarrer ce projet d’édition intégral du corpus textuel lié au Roman de Florimont et qui comprend, aussi, trois mises en prose en français et une mise en prose/traduction en vénitien. Il s’agit donc des manuscrits:
  1. T (Tours, BM, 941), en raison soit de son rôle de premier plan, désormais reconnu, au sein de la tradition manuscrite, soit de ses traits linguistiques méridionaux;
  2. G (Paris, BNF, fr. 24376), I (Venise, BM, fr.Z.22), K (Turin, BU, L.II.6), en raison de leur appartenance au contexte de production franco-italien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.