Prolegomena (II): Quelle édition? Première partie.

Quelle édition ?

Nommer les choses signifie déjà les comprendre : les connaître et surtout les reconnaître. Réitérer, peut-être quelques fois jusqu’à l’épuisement, les discussions lexicales et déclarer à chaque fois son propre vocabulaire me semblent des opérations intellectuelles indispensables, surtout dans un contexte, celui des Humanités1, où l’on n’a pas à faire à des expressions de la pensée déliées du langage « par mot » comme les chiffres ou les formules. Ce qui frappe si on jette un coup d’oeil à la littérature spécialisée (pas scientifique, voir la note) sur le sujet est le marge d’incertitude et l’absence d’une opinion et d’une pratique partagées de façon universelle en ce qui concerne la définition de certains objets qui quand même s’inscrivent au coeur du travail philologique. Les discussions menées au sein de l’application du numérique aux Humanités ont compliqué les choses en ajoutant des nouvelles définitions.

1Je préfère cette définition à celle de Sciences Humaines qui, il me semble, d’un coté engendre de façon involontaire un possible jeu sémantique : s’il y a des Sciences Humaines, est-ce qu’on peut alors avoir des Sciences Non-Humaines ou pire Des-Humaines ?; de l’autre coté, elle répond, de mon point de vue, à un inconscient complexe d’infériorité du monde « humain » par rapport aux sciences dures, complexe qui se manifeste aussi dans cette oxymore linguistique (et qui provoque un certain abus du terme « scientifique » en tant que synonyme de rigueur de la pensée ou, pire, d’intelligence).

Le numérique crée-t-il

des nouveaux objets éditoriaux ?

La réponse est, de mon point de vue bien sûr : Oui et Non. Oui, dans la mesure où il offre une solution de formalisation et d’exploitation des données assez différente (mais pas complètement) du format livre-papier, et il introduit un mécanisme dynamique dans la consultation des données. Non, dans la mesure où simplement il fournit, enfin, une réponse « pratique », au niveau des outils, à des instances anciennes qui étaient mortifiées par les limites de la dimension papier.
L’objet livre-papier, et donc les éditions livre-papier, va-t-il mourir ? Absolument pas. Il conserve des spécificités qui ont encore un avantage par rapport au numérique : l’existence matérielle avant tout, l’indépendance d’un outil de visualisation, l’indifférence au vieillissement technique, des pratiques de lecture dont nous sommes parfois inconscients mais dont nous avons une sorte de nostalgie ancestrale quand nous sommes collés à nos écrans, la possibilité de feuilleter, de gloser le texte, de mettre en place une lecture non-linéaire, chose dont on néglige trop souvent l’importance. Le texte-papier, apparemment image de statique et de mort, peut devenir dans le main du lecteur un objet débordant de vie, hébergeant sa vie intellectuelle, tandis que la vitalité apparente du texte qui de façon éphémère s’affiche sur nos écrans peut devenir un symbole paradoxal de statique : il n’accepte pas l’interaction réelle. L’interaction numérique est une interaction virtuelle dans le sens que elle est en réalité pilotée, limitée, définie dans ses possibilités au moment où on a élaboré l’objet numérique et où on a donc aussi prévu les termes de l’interaction.

Le vocabulaire de la «textualitÉ»

Un aperçu rapide aux introductions qui précèdent les éditions des textes du Moyen Âge, aussi bien en format papier que numérique, et à la bibliographie académique qui réfléchit sur le sujet « pratiques éditoriales » dans le domaine philologique, montre que malgré tout, malgré les années et les efforts, il y a encore une marge de fluidité dans la terminologie et surtout dans l’identification univoque entre certaines définitions et les caractéristiques de l’objet ainsi défini. Les discussions autour du numérique, on l’a déjà dit, ont compliqué encore plus les choses en ajoutant d’autres définitions et, souvent seulement de façon apparente, d’autres objets intellectuels. Je dirais que la discussion doit s’articuler autour de quatre mots, et naturellement de leur interaction:

1. oeuvre 2. texte
3. transcription 4. édition

Les deux premiers mots peuvent constituer le sujet de discussions infinies, très engageantes intellectuellement et très délicates et sensibles du point de vue épistémologique, dont on ne peut pas traiter ici. Ici, je me propose tout simplement de mettre en évidence les points critiques et d’offrir quelques définitions probablement très simplifiées mais, j’espère, suffisamment justifiées, pour pouvoir motiver les choix opérées dans la représentation des textes dans le contexte du projet. Et, plus en général, des définitions fonctionnelles à notre contexte spécifique : l’édition de textes de nature littéraire.

Oeuvre et texte

Il me semble que les définitions proposées en ouverture du troisième tome des Conseils pour l’édition des textes médiévaux (celui expressément dédié aux textes littéraires) par l’Ecole nationale de chartes – point de référence naturelle pour l’établissement des critères d’une édition « médiévale » – sont, à un niveau basique, presque didactique, très claires et fonctionnelles :

Une œuvre est le tout où une pensée prend corps (sous forme de mots) : une cristallisation de la pensé […] Même traduite dans des langues différentes, l’oeuvre est en principe toujours la même. […] Un texte est une pensée fixée un jour par l’écriture : un état d’une œuvre, fixé à un moment donnée. Le texte n’est pas en lui-même matériel ; ce qui est matériel, c’est l’écriture. […] Un texte nous parvient par les témoins subsistants.
(Conseils 2002, p. 27)

Ce qui est particulièrement intéressant dans le système de transmission des textes manuscrits est la variabilité et la multiplicité des relations qui s’établissent entre ces trois éléments, ce qui faisait dire à Dom Quentin que, dans le cas des textes romans du Moyen Âge, on est en présence de « textes vivants ». Nous sommes donc face aux Témoins, qui constituent la base pour la reconstitution du Texte, mais ce Texte, au moment où il représente une cristallisation de l’oeuvre à un moment donné, n’est pas, au moins potentiellement, unique, vue la possibilité de plusieurs cristallisations dans le temps et dans l’espace. Nous devons donc aussi, de façon préalable, déclarer à quel Texte nous voulons faire référence.

Transcription et édition

Voilà qu’à ce point les choses deviennent assez plus compliquées.
Qu’est-ce qu’une transcription ?
Qu’est-ce qu’une édition ?
Quels sont les niveaux de transcription ?
Quelles sont les typologies d’édition ?
En plus, quels sont les sujets de ces deux actions ?

Langage de tradition philologique et langage de discussion numérique à ce point entrent en conflit. La discussion qui naît dans le contexte de l’édition numérique semble proposer essentiellement un vocabulaire articulé autour du concept de « niveau de transcription ». Je ne prends pas en considération ici le problème de la définition de ce que c’est l’acte de « transcrire » : une « substitution » ou une « traduction » ?

Accordingly, transcription of a primary textual source cannot be regarded as an act of substitution, but a series of act of translation from one semiotic system (that of the primary source) to another semiotic system (that of the computer). Like all acts of translation, it must be seen as fundamentally incomplete and fundamentally interpretative.
(Robinson et Solopova 1993, p. 19)

Pro et contro affectent ces deux définitions. Peut-être devrait-on retourner à l’étymologie du mot et penser à ce mélange de substitution et interprétation (on peut en effet penser la traduction comme une interprétation) qu’est la « translittération ». Nous n’avons pas encore décidé, personnellement, s’il s’agit d’un acte de substitution et de traduction mais, pour avancer dans la discussion, on peut dire en général et de façon un peu tranchante que la transcription concerne une opération de transfert entre deux mondes graphiques différents. Si on voulait proposer un néologisme, chose toujours désagréable en présence d’un vocabulaire suffisamment riche, on pourrait définir la transcription, sur le modèle de la translittération, comme une opération de « transgraphisme » ou « transgraphie ». Mais, plus simplement, on pourrait conclure que, en conciliant les définitions, il s’agit d’une substitution interprétative. Par opposition, ce qui semble caractériser toutes les définitions d’édition, au-delà des divergences, est l’accent posé sur la dimension interprétative, de reconstruction, donc, par opposition à la transcription, de dépassement de la donnée documentaire : à une action faussement mécanique s’oppose une action profondément réflexive.

La transcription

Premier problème, mais que pour des raisons de logique paradoxale on abordera successivement : à quel objet intellectuel correspond la transcription par rapport au document ?
Deuxième problème : dans ce jeux d’équilibre entre substitution et interprétation, quels sont les caractéristiques du document textuel qu’on produit ?
Il reste toujours en place la très claire classification proposé par Peter Robinson et Elizabeth Solopova et récemment reprise et glosé par Dominique Stutzmann, qui, de façon très appropriée, nous rappelle aussi que « le texte est une image comme les autres » (Stutzmann 2011, p. 249). Les niveaux possibles de transcription sont les suivants :

graphic : every mark in the manuscript, every space, is represented in the transcription, even to the point of decomposition of letter forms into discrete marks […] graphetic : every distinct letter-type is distinguished […] graphemic : every manuscript spelling is preserved without distinction of separate letter forms as in a graphetic transcription […] regularized : all manuscript spellings are regularized to a particular norm […]
(Robinson-Solopova 1993, p. 22)

La « graphemic transcription » nous permet de décrire le « linguistic profiles », celle « graphetic », le « scribal profiles ».
À partir de ces quatre niveaux on peut avoir aussi des variation sur le thème comme celles proposées par Jacques André e Rémi Jimenes qui se sont intéressés au problème de la conversion en Unicode des formes typographiques de l’imprimerie à ses débuts:

Transcription graphétique, distinguant précisément chaque variante graphique […] Transcription graphémique […] respectant la graphie (« spelling ») de chaque mot […] mais sans tenir compte des éventuelles variations graphiques de ces différentes lettres […] Transcription régularisée, qui normaliserait la graphie des mots, développerait les abréviations […] On pourrait ajouterTranscription modernisée (qui s’apparente, en fait, à une traduction), destinée à la diffusion d’un texte auprès d’un grand publicen note : Conceptuellement Robinson et Solopova prévoient l’existence d’un niveau de transcription dit « graphique », rendant compte de chaque espace du manuscrit original
(André-Jimenes 2013, p. 117)

Suite à un choix technique qui en matière de représentation graphique fait prévaloir la Fonte sur l’Encodage, les deux chercheurs ont proposé un niveau ultérieur de transcription, spécifique pour les produits de l’aube de l’imprimerie : la transcription « typemique ». Après avoir défini le « typeme » comme  « tout signe formant l’oeil d’un type en plomb », ils proposent alors ce nouveau niveau de transcription :

[la transcription typémique] se distinguerait de la transcription dite « graphétique » […] par l’utilisation d’un codage univoque, réduisant chaque typème à un seul et même numéro Unicode+MUFI. Le principe est simple : à une trace imprimée, un numéro ! Nous ne présupposons aucune balise […] ni aucune « entité » […] Une transcription typémique pourra être lue, imprimée, affiché sur écran, à condition de dispose d’une fonte adaptée. […] ne nécessitant plus aucune part d’interprétation, la transcription pourra être confiée à une machine (logiciel de reconnaissance de caractères) en limitant les pertes d’informations.
(André-Jimenes 2013, p. 131)

Une version de la photographie « en caractère » ? Mais si la Fonte nous soulève de l’esclavage par rapport à l’Encodage, elle nous rend aussi plus libres ?

Revenons au premier problème, qu’est-ce que c’est une transcription. Voilà trois définitions très éloignées l’une de l’autre .
Celle, encore, de Jacques André et Rémi Jimenes, une définition formelle :

Il nous faut ici préciser que par « transcription » nous désignons toujours texte brut, issu d’un relevé obtenu manuellement ou automatiquement (par OCR), avant tout enrichissement ultérieur. La transcription telle que nous l’entendons n’intègre donc aucune mise en forme.
(André-Jimenes 2013, p. 118 n. 7)

Celle de Elena Pierazzo, une définition contextuelle ou procédurale :

The editor will first transcribe a primary source, thereby creating a transcription ; this transcription will be corrected, proofread, annotated, and then prepared for publication. Once published, this new object will become a diplomatic edition. The two products will possibly contain the same text, but while the first will be a private product, the latter will be a publicly published one.
(Pierazzo 2011, p. 464)

Celle de Jean-Baptiste Camps, une définition de contenu (et remontant à une certain tradition de langage philologique) :

Pour notre part, nous appliquerons le terme de transcription à la transposition d’un témoin donné, et celui d’édition à la restitution critique d’un texte. En termes conceptuels, la transcription, pour sélective qu’elle soit, s’applique à un témoin, une instance donnée du texte, qu’elle cherche à reproduire fidèlement, quels que soient les faits qu’elle enregistre ou non […] tandis qu’une édition, qui généralement, dépassant ce cadre, s’applique à un texte […] se caractérise par la présence de matériaux critiques, sous une forme ou une autre.
(Camps 2017, pp. CVCV-VI n. 2)

La première définition me semble un bon point de départ. La définition de Pierazzo, avec sa dimension d’opposition activité privée/activité publique, me semble excessivement ambiguë et surtout ne donne pas une véritable définition de l’objet : qu’est-ce qu’on ferait alors, en terme de classification, d’une édition qui n’arriverait pas à l’imprimerie ? Rendre « publique » à travers la « publication » est quelque chose qui a à faire avec la diffusion, mais de quelle façon cet acte affecte la qualité ou la nature de l’objet ? La définition de Camps conduit à ce croisement de vocabulaires dont on parlera après, et qu’on essayera de résoudre de façon univoque. Il nous oblige à nous poser la question si on peut ou non réaliser un travail de nature « critique » aussi sur le texte individuel transmis par UN témoin : ce texte, cette écriture, est représentant de quelque chose d’autre, bien sûr, mais il est représentant aussi de soi-même.
On pourrait dire que la transcription est le document textuel « brut » sorti de la première confrontation graphique avec le document original, sans l’ajout de métadonnées, qu’elles soient des métadonnées implicites liées à la manipulation du texte classique en format papier-imprimerie, ou des métadonnées explicites formalisées par un encodage en format numérique, par ex. en XML-TEI. Cette première opération n’est pas intellectuellement neutre parce qu’on applique déjà un certain degré interprétatif dépendant du niveau de transcription choisi. Mais, tandis que la transcription travaille à différents niveaux sur la matérialité de l’Écriture, l’édition est un processus qui vise au contraire au Texte. Une édition s’appuis, de façon différente selon sa nature, sur une ou plusieurs transcriptions : aux deux extrêmes, d’un coté coïncide avec la transcription, de l’autre la dépasse complètement.

L’édition

Un bref mais dense, et surtout d’une clarté cartésienne, article de 1950, signé par François Masai, deviendra de mon point de vue le parangon pour construire ce petit vocabulaire du « travail textuel » dont on va bientôt expliquer les « lemmes ». Il nous permettra peut-être de faire recours à un vocabulaire qui concilie les différentes perspectives et donne une définition univoque des « objets textuels » qu’on va produire. Il y a trois typologies d’édition :

[…] l’édition critique, tentative faite pour dépasser les données documentaires afin de reconstituer les états antérieurs et, autant que possible, originaux des textes manuscrits.[…] l’édition fac-similé, reproduction mécanique des documents. […] l’édition diplomatique ou relevé archéologique des textes.
(Masai 1950, p. 178)

L’édition critique regarde donc en direction du Texte, selon la définition précédente (ou même du Texte plus proche de l’Oeuvre), donc d’une entité qui transcende l’individualité des témoins. L’édition fac-similaire et celle diplomatique regardent toutes les deux en direction de ces derniers individus mais de deux points de vue différents : l’écriture en tant qu’image dans le premier cas, l’écriture en tant que véhicule d’un message linguistique dans le deuxième.
Mais ce qui est surtout intéressant est le fait que Masai présente la relation entre la première et la troisième catégories comme une relation qui justifie l’existence de la dernière, la diplomatique, en tant que cahier de travail pour la première, la critique, en proposant ainsi de façon très lucide et sereine une sorte de « troisième voie » au conflit documentaristes vs. reconstructionnistes :

Pour bien utiliser un document en vue d’une édition critique et à toutes autres fins ultérieurs, il faut d’abord pouvoir le lire de façon impeccable. […] La notation scrupuleuse de tous les faits observés par l’inspection archéologique des documents demeure donc le préambule indispensable de toute édition vraiment critique.
(Masai 1950, pp. 178-179)

Conclusion provisoire pour résumer

Première opération : transcrire
Niveau de transcription : sélection des données à reproduire
Acte interprétatif, de choix, de transposition
Deuxième opération : éditer
Niveau d’édition : degré préfixé de manipulation des données
Acte interprétatif, de description, de modification

Le deux opérations sont partiellement superposées comme une sorte de jumeaux siamois : le niveau de transcription choisi est lié de façon indissoluble au niveau d’édition choisi, mais l’édition, acte descriptif qui englobe la transcription, peut soit la dépasser soit offrir moins d’informations que la transcription : c’est le cas par ex. de la version modernisée, d’un certain point de vue « critique », d’une transcription diplomatique.

Bibliographie

Jacques André – Rémi Jimenes, Transcription et codage des imprimés de la Renaissance. Réflexions pour un inventaire des caractères anciens, «Document numérique», 16.3 (2013), pp. 113-139 [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00983575]

Jean-Baptiste Camps, La “Chanson d’Otinel”. Édition complète du corpus manuscrit et prolégomènes à l’édition critique, Thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Dominique Boutet, soutenue le 3 décembre 2016 à l’université Paris-Sorbonne.
Resumé: Jean-Baptiste Camps, La Chanson d’Otinel. Édition complète du corpus manuscrit et prolégomènes à l’édition critique, «Perspectives médiévales» [En ligne], 38 (2017) [URL: http://journals.openedition.org/peme/13004; DOI: 10.4000/peme.13004]
Texte complet [https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01664932]

Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule III: textes littéraires, éd. par Pascale Bourgain, Françoise Vieillard, École nationale des chartes, Paris 2002.

Alexei Lavrentiev, Yann Leydier, Dominique Stutzmann, Specifying a TEI-XML Based Format for Aligning Text to Image at Character Level, in Proceedings of the Symposium on Cultural Heritage Markup, Aug 2015, Washington (DC), vol. 16, 2015. [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01318701]

François Masai, Principes et conventions de l’édition diplomatique, «Scriptorium», 4.2 (1950), pp. 177-193.
[DOI:10.3406/scrip.1950.2294www.persee.fr/doc/scrip_0036-9772_1950_num_4_2_2294]

Peter Robinson – Elizabeth Solopova, Guidelines for Transcription of the Manuscripts of the Wife of Bath’s Prologue, «The Canterbury Tales Project Occasional Papers», vol. 5, Oxford 1993, pp. 19-52
[http://www.textualcommunities.usask.ca/web/canterbury-tales/wiki/-/wiki/Main/Original+Transcription+Guidelines, http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.531.655&rep=rep1&type=pdf]

Dominique Stutzmann, Paléographie statistique pour décrire, identifier, dater… Normaliser pour coopérer et aller plus loin?, in Franz Fischer, Christiane Fritze, Georg Vogeler, Kodikologie und Paläographie im digitalez Zeitalter 2. Codicology and Palaeography in the Digital Age 2, Schriften des Instituts für Dokumentologie und Editorpik, 2011, pp. 247-277.
[https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00596970]

À suivre…

Prolegomena (I): le Roman de Florimont, une présentation.

Pièce d’identité

Un auteur: Aimon de Varennes
Une date de composition: 1188
Une localisation: “Castelluz” Châtillon d’Azergues (Lyon)
Vue de Châtillon d'Azergues

Vue de Châtillon d’Azergues

Un texte: 13.000 environ couplets octosyllabes.
 15 témoins:
  • A. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 353, ff. 1ra-42ra (fin du XIVe siècle)
  • B. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 792, ff. 3ra-50va (XIIIe siècle)
  • C. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 1374 (première moitié du XIIIe siècle)
  • D. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 1376 (XIIIe siècle)
  • E. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 1491 (XIVe siècle)
  • F. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 15101 (XIIIe siècle)
  • G. Paris, Bibl. Nationale de France, fr. 24376 (XIVe siècle)
  • H. London, British Library, Harley, 3983, ff. 2ra-82vb (1323)
  • H2. London, British Library, Harley, 4487, ff. 3ra-86 (1295)
  • I. Venice, Bibl. Nazionale Marciana, Fr.Z.22 (XIVe siècle)
  • K. Turin, Bibl. Nazionale Universitaria, L.II.16 (XIVe siècle)
  • L. Monze, Bibl. Capitolare, b-21/137, ff. 1r-78r (deuxième quart du XIVe siècle)
  • M. Montpellier, Bibl. Universitaire, H 252, ff. 13-49 (XIIIe-XIVe siècle)
  • T. Tours, Bibl. Municipale, 941 (XIIIe siècle)
  • Wien, Österreichische Nationalbibliothek, 03434 (1465)
  • Paris, Bibl. Nationale de France, Nouv. Acq. Fr. 5094, ff. 22-23

Les raisons d’un choix textuel

Il faut l’avouer: dans l’ordre chronologique, le choix de réaliser l’édition numérique d’un texte du Moyen Âge roman a précédé le choix même du texte. Heureusement pour nous tous, le Roman de Florimont, choisi d’abord pour les raisons pratiques qu’on expliquera après, s’est révélé bientôt un candidat pleine de charme et de qualités, toujours plus évidentes au fur et à mesure qu’on avançait dans sa connaissance. L’intuition initiale, un peu « viciée » par une attitude pragmatique, a été donc une bonne intuition.

Un pays littéraire

Florimont, fils de Mataquas duc d’Albanie et d’une princesse persienne, après une série d’aventures « classiquement » chevaleresques (dragons, dames-fées, anneaux magique, etc.), mais surtout après la guerre avec Candiobras roi d’Hongrie, épousera enfin Romadanaple, fille du roi Philippe de Macédoine, et de leur union naîtra un autre Philippe. La dernière bataille de Florimont sera celle pour la libération de son père, prisonnier de l’émir de Carthage. C’est encore une victoire et ce sera encore une fois une paix célébrée par un mariage: celui du jeune Philippe de Macédoine avec la jeune fille de l’émir, Olympias.

Voilà que le prequel de l’histoire d’Alexandre le Grand est mis en place. Pour ne pas oublier aucun personnage de la tradition alexandrine, ajoutons que aussi la dame de l’Isle Celee, premier malheureux amour de Florimont, aura ensuite un fils: un jeune enchanteur capable de maîtriser les forces de la nature et qui répond au nom de Nectanabe. Mais il y a plus: au début de l’histoire, une partie de la famille des ancêtres de Florimont traverse l’Europe pour aller fonder, enfin, les règnes de Bretagne et Cornoualle. Le cercle de l’imaginaire romanesque médiévale est fermé. Le pays littéraire qui héberge Aimon et son Florimont est donc celui, sûrement moins célèbre, des romans helléniques, au croisement entre romans d’antiquités et romans byzantines. Ils sont là en bonne compagnie: on peut citer, parmi les autres, Athis et Prophilias, Hue de Roteland avec ses Ipomedon et Prothesilaus, Adenet le Roi avec son Cleomadis, etc.

Une constellation manuscrite

Bien que le numéro des témoins ne soit pas énorme, toutefois dans cette petite « communauté de manuscrits » on est réussi à compliquer suffisamment les relations pour donner du fil à retordre au philologue et assurer un amusant exercice méthodologique. Nous avons donc: deux familles, alfa (seulement FH) et beta (tous les autres manuscrits), avec des différences textuelles très marquées; des archétypes qui semblent avoir une spécificité regionale (FH pour la Lorraine, GK pour l’Italie); une distribution géographique élargie (Lorraine, Bourgogne, Midi, Ile-de-France, Italie); des témoins fragmentaires ou endommagés.

Des régions linguistiques

La langue enfin. Ces 13.000 octosyllabes, dans leurs différentes manifestations manuscrites, ont eu la capacité de croiser deux traditions linguistiques très particulières et toujours « en cherche de témoignage ». Je fais référence à:
  1. le franco-provençal, troisième domaine linguistique après ceux de la langue d’oïl et de la langue d’oc, couvrant une aire qui va de la région de Lyon à celle de Genève en passant par les vallées italiennes;
  2. le franco-italien, formulation linguistique exclusivement écrite, langue strictement littéraire avec un degré de variabilité presque individuel, manifestation tangible d’une appropriation culturelle, celle de la littérature française dans l’Italie du centre et du nord, de la Toscane jusqu’à la région de Venise.
Dans le cas du franco-italien on assiste depuis environ deux décennies à la manifestation d’un intérêt croissant pour ce contexte de réception-copie-production, dont on apprécie toujours mieux le poids déterminant dans beaucoup de traditions textuelles. Dans le cas du franco-provençal, c’est l’Histoire même qui a imposé des limites à la connaissance au point qu’on pourrait dire que les doigts des mains (d’une main?) sont presque suffisants pour énumérer les témoignages littéraires (je souligne, littéraires) à notre disposition. Contribuer à des études en plein essor, dans le premier cas, et ajouter des données significatives à un corpus « pauvre » malgré lui, dans le deuxième cas: voilà ce que le Roman de Florimont peut offrir en terme de histoire de la langue.

Pour commencer

Ce sont justement ces caractéristiques qui nous ont aidé dans le choix des témoins avec lesquels démarrer ce projet d’édition intégral du corpus textuel lié au Roman de Florimont et qui comprend, aussi, trois mises en prose en français et une mise en prose/traduction en vénitien. Il s’agit donc des manuscrits:
  1. T (Tours, BM, 941), en raison soit de son rôle de premier plan, désormais reconnu, au sein de la tradition manuscrite, soit de ses traits linguistiques méridionaux;
  2. G (Paris, BNF, fr. 24376), I (Venise, BM, fr.Z.22), K (Turin, BU, L.II.6), en raison de leur appartenance au contexte de production franco-italien.