Le site DigiFlorimont : une dynamique statique

LA PERSPECTIVE DE LA PORTABILITÉ (divide et impera)

L’architecture du site DigiFlorimont digiflorimont.huma-num.fr repose sur un choix de base, à la fois technique et conceptuel : la séparation claire entre l’espace de gestion des textes encodés (selon le standard TEI-XML) et la superstructure du site qui héberge, entre autres, l’espace de gestion des textes encodés. En d’autres termes, on a identifié trois contextes :

a. le site, avec ses éléments constitutifs (les pages) et ses éléments fonctionnels (le menu pour la sélection des pages);
b. le cadre fonctionnel pour la manipulation des textes (choix des feuillets des manuscrits, des épisodes, outils d’exploration des textes etc.);
c. les textes (représentation HTML des textes encodés en TEI-XML).

Dans la conception de l’architecture DigiFlorimont, le bloc composé par b. et c. a été regardé comme autonome de a. : ce bloc constitue une partie du contexte-site mais une partie indépendante et autonome qui pourrait vivre tranquillement ailleurs; ainsi que le contexte-site ne souffrirait pas de l’absence de cette partie, au moins du point de vue formel. Dans cette architecture les textes représentent des bâtiments-dépendances plutôt que des murs porteurs.

Le projet DigiFlorimont met donc à disposition de la communauté deux produits éditoriaux : l’ensemble du site DigiFlorimont, qui a l’ambition de se présenter comme l’archive pluridisciplinaire d’une tradition littéraire, celle du Roman de Florimont, contenant une multiplicité de données; et la singularité des textes, voire des éditions diplomatiques/interprétatives de chaque manuscrit du Roman de Florimont. Ces éditions sont consultables dans le contexte du site mais elles en sont indépendantes : chaque texte peut être téléchargé localement sans besoin de télécharger l’ensemble du site, chaque texte peut être cité directement à travers un lien et incorporé dans un autre site comme une simple page HTML.

Par ex., à travers le lien digiflorimont.huma-num.fr/flsite/txtpar.html l’utilisateur a accès direct à l’édition du ms. G

à travers le lien digiflorimont.huma-num.fr/flsite/flsyn.html on peut renvoyer directement à la visualisation synoptique des éditions

En d’autre termes, le projet DigiFlorimont veut mettre à disposition un Site mais aussi, et peut-être surtout, des Textes; et il veut interpréter le Réseau comme un canal de transmission des données plutôt qu’une vitrine de consultation avec beaucoup de limites : la condition numérique des textes ne doit pas impliquer forcément que leur consultation soit “condamnée” à se réaliser exclusivement dans la dimension espace-temps soutenue par une connexion Internet.

LE CHOIX DE LA STABILITÉ (monumentum aere perennius

Le site DigiFlorimont a été développé à travers une architecture totalement statique. Aujourd’hui cette technologie est souvent regardée comme obsolète, et elle semble complètement dépassée par l’emploi généralisé des CSM dynamiques (content management system ou système de gestion de contenu). La clé du fonctionnement d’un site développé à travers un CSM est la création de la page HTML “à la demande” : à chaque fois qu’une page est “sollicitée” par un utilisateur (phase request) côté browser, elle est crée ex novo côté server, en récupérant le contenu d’une base de données et en l’exécutant à travers un moteur de template, et elle est renvoyée au browser (phase response); chaque page est donc assemblée à partir des modèles et des contenus pour chaque demande adressée au server.

Pour la plupart des sites, il s’agit d’un overhead (surcharge) totalement inutile qui ne fait qu’augmenter la complexité du processus tout en engendrant des problèmes de performances e de dépendance à l’égard du CMS et des softwares utilisés, avec, par conséquent, un impact négatif sur la portabilité.

En réalité, la plupart des sites dont la finalité est une publication ne changent que lorsque leurs auteurs modifient ou ajoutent du contenu. Cette considération, évidemment, ne s’applique pas aux sites qui permettent des interactions avec les utilisateurs, par ex. les sites d’e-commerce (de commerce en ligne) ou les social (réseaux sociaux). La diffusion massive de ces derniers, accompagnée par la disponibilité croissant de tools (outils) pour la publication (apparemment) user-friendly comme WordPress, a probablement conditionné le choix d’une architecture dynamique même lorsqu’elle n’est pas seulement inutile mais désavantageuse pour la typologie de site en question.

Un site statique rend les pages disponibles immédiatement à chaque requête sans qu’il soit nécessaire de les créer à chaque fois du côté du server; en d’autres termes, aucun composant du site n’est généré exprès au moment de la request, tous composants “existent” déjà, et persistent. Par conséquent le caching (mise en antémémoire) est beaucoup plus efficace et les réponses sont immédiates. Mais à côté de ces considérations relatives à l’efficacité du système, il ne faut pas oublier qu’un site statique est surtout un site beaucoup plus sûr : d’un site statique on peut faire très facilement une copie off-line (hors ligne), et cette copie peut être transférée, toujours très facilement, sur un ordinateur ou sur un support externe (CD ou clé USB). Cette portabilité qui n’altère nullement l’architecture de la ressource numérique nous offre les meilleures garanties pour la conservation des textes et en même temps elle permet une consultation hors-ligne, une condition qui, malgré la diffusion désormais capillaire du Réseau, peut se révéler très utile dans certains cas.

En bref : les sites statiques sont des sites dont les pages ne subissent pas de changements, ni d’apparence ni de contenu, en fonction de déterminés facteurs; autrement dit, les pages d’un site statique apparaissent toujours les mêmes jusqu’au moment où, éventuellement, le webmaster apporte une modification.

Cette typologie de site, nettement majoritaire dans la première phase évolutive du Réseau, a été successivement dépassée par les architectures dynamiques, suite à l’avènement des CMS modernes qui ont énormément accru le nombre de techniciens capables de mettre en place un site dynamique.

Un préjugé répandu parmi les non-experts est de considérer les sites statiques comme des sites où chaque élément est forcément immobile, voire condamné à la stase. La réalité est bien différente : les animations, les effets spéciaux et tous les dispositifs graphiques qui confèrent à la page web une illusion de vie ou une allure vivante sont réalisables dans les sites statiques dans la même mesure, voire plus, que dans les sites dynamiques, grâce aux ressources logicielles (HTML, CSS, Javascript) mises à disposition par les browsers modernes; paradoxalement, en fait, la structure “fermée” de nombreux sites dynamiques nous empêche souvent d’exprimer notre créativité avec la même liberté que les sites statiques. Et tout cela sans sacrifier la standardisation et donc la portabilité : le logiciel utilisé côté client, contrairement à celui utilisé côté server, doit en fait garantir la compatibilité à la fois avec tous les navigateurs existants ET avec tout ce qui a été produit dans le passé. Toutefois, cette compatibilité universelle et pérenne n’est pas du tout garantie par les choix des producteurs des browsers, lesquels, au contraire, auraient plutôt la tendance à introduire des fonctionnalités propriétaires, poussés par une logique monopolistique et par un esprit de clocher dont ils ont fait preuve dans le passé; le véritable garant (et beaucoup plus efficace, compte tenu de la puissance inégalable des implications économiques) est la pression du marché : seul le marché exige impérativement la visibilité des sites dans le temps et sur toutes les plateformes (les éditions de textes médiévaux peuvent tranquillement disparaître sans secouer le marché).

Dans cette lutte entre deux tendances opposées, particularisme et universalisme, on a heureusement à disposition des règles et des outils permettant de contourner les tentatives menées, malgré tout, par certains producteurs d’introduire des éléments propriétaires, à leur avantage.

Un site statique bien conçu est, et doit être, cross-browser : cela signifie que son apparence et son fonctionnement ne changent pas d’un navigateur à l’autre.

Pour résumer. Les avantages d’un site statique sont les suivants :

1. Indépendance de la plate-forme d’hosting (d’hébergement);
2. Augmentation de la rapidité de réponse du site;
3. Meilleur classement dans les recherches Google;
4. Plus de sécurité par rapport à la conservation des contenus;
5. Possibilité de consultation off-line (hors ligne);
6. Indépendance par rapport aux technologies propriétaires;
7. Indépendance par rapport aux tools (outils) de développement et de publication;
8. Facilité de mise à jour;
9. Séparation entre les données et leur représentation graphique;
10. Utilisation d’outils élémentaires;
11. Possibilité d’impression des textes en PDF.

Les sites statiques présentent bien sûr des inconvénients : l’architecture statique, on l’a déjà dit, est totalement inappropriée dans le contexte où une interaction avec les utilisateurs est nécessaire, comme dans le cas du commerce en ligne ou dans les forums. Mais là il s’agit de cas très particuliers. En réalité, le problème majeur (et général) est la nécessité de savoir maîtriser des outils spécifiques, notamment HTML et CSS et, dans certains cas, le langage Javascript. Face à cette difficulté objective (mais non insurmontable), le succès des sites dynamiques comme WordPress réside essentiellement dans la simplicité de l’interface mise à disposition de l’utilisateur. Mais cette apparence user-friendly se révèle au fond une «cage dorée», imposant de nombreuses limitations : il s’agit de limitations acceptables (ou non, ça dépend du caractère de l’auteur) dans le cas de la publication d’un blog personnel, mais sans aucun doute presque insupportables dans le contexte d’une publication complexe.

EN CONCLUSION

Portabilité et pérennisation : voici les deux mots d’ordre du projet DigiFlorimont. Il me semble qu’il s’agit des deux mots d’ordre qui interprètent correctement l’esprit TEI :

Since 1994, the TEI Guidelines have been widely used by libraries, museums, publishers, and individual scholars to present texts for online research, teaching, and preservation

Les textes sont mis à disposition dans le Réseau (avec tous les avantages offerts par ce dernier en termes de discussion et de visualisation) pour être consultés, utilisés mais également archivés, en garantissant factuellement la pérennisation et la fruition collective. La réalisation concrète passe souvent à travers la statique; les désirs peuvent souvent rêver face à la dynamique, mais alors ils se voient aussi obligés de faire face au destin des outils utilisés.

Dans cette optique de online research, teaching, and preservation, il serait souhaitable que l’idée de standard dans le contexte TEI s’étende de l’encodage des données à l’ensemble des outils nécessaires pour la visualisation et l’exploitation de ces données.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.