Où en sommes-nous avec l’édition numérique? (pas encore au sommet)

En réalisant en première personne un projet d’édition numérique concernant des manuscrits médiévales inédits, j’ai du faire face, « sur le terrain », à une série de difficultés auxquelles j’ai essayé de donner en partie une réponse personnelle en produisant des outils-prototypes (TEI-Med.it, TEI-Med.pub); mais ces questions nécessitent, bien sur, d’une réflexion beaucoup plus ample et qui doit débaucher sur un véritable standard à proposer à la communauté scientifique.

Grace à l’expérience du projet DigiFlor (http://digiflorimont.huma-num.fr), j’ai pu donc constater l’existence d’un GAP: celui entre la complexité et la subtilité de la réflexion théorique (qui dans certains cas manque quand même d’homogénéité) et la nature des outils numériques à disposition. Au lieu de représenter désormais une pratique courante, la réalisation d’une édition numérique à partager sur le Web avec la communauté académique, mais aussi avec le public des étudiants et (à ne pas exclure de la réflexion) des passionnés, se révèle encore une tache lourde à réaliser. Le philologue se confronte à une série de difficultés à chaque étape de son travail, de la conception à la publication des données. Ce gap est d’autant plus regrettable que l’application du numérique se révèle en effet, sous plusieurs points de vue, particulièrement efficace dans le domaine des études linguistiques et littéraires de la textualité médiévale. A l’heure théorique des Big Data et du développement d’une sémantique du Réseau, nous avons besoin de données structurées en quantité exponentielle, et nous avons besoin de les produire de façon aisée. Un standard solide et partagé et des outils efficaces représentent le socle sur lequel cette opération culturelle repose.

Philologie et numérique

S’occuper de textes du Moyen Age en langue vulgaire signifie se confronter à une réalité qui a au moins deux caractéristiques frappantes: une transmission manuscrite et un état de la langue « en formation ». Tout ça signifie: 1) une condition du Texte qui a été bien synthétisée pas les expressions classiques « mouvance » (Zumthor) et « variance » (Cerquiglini), 2) une condition de la langue à laquelle on pourrait appliquer tout court les mêmes expressions ; et par conséquence : 3) la nécessité d’appliquer à ces textes des méthodes d’analyses particulières pour leur reconstruction, celles de la critique textuelle, 4) la nécessité d’interpréter la langue, mais aussi 5) la nécessité même d’interpréter correctement l’écriture physique de ces langues et de ces textes en plus des modalités de travail du copiste et des intervenants successifs.

Jusqu’à la révolution numérique, le format livre avec ses deux contraints: 1) celle du format papier bidimensionnel et statique et 2) celle de la publication à travers une maison d’édition ou une revue, a toujours imposé au philologue/éditeur une série de choix pragmatiques qui n’avaient rien à voir avec des questions méthodologiques. La préférence a été toujours accordée aux éditions critiques, en privilégiant de cette façon l’étape finale du processus philologique et en cachant les matériaux, les manuscrits individuels grâce auxquels le bâtiment de l’édition critique a été édifié. Le format numérique offre en substance la possibilité de porter à la lumière de façon explicite le travail du philologue, en permettant aussi une critique plus consciente et constructive. En plus, il permet de sauvegarder et exploiter des données, celles des manuscrits, qui étaient normalement perdues au nom de la reconstruction textuelle.

Le processus éditorial

Il peut être synthétisé en quatre étapes :
1) Modélisation de l’édition (représentation des phénomènes textuels
à travers un encodage XML-TEI) ;
2) Réalisation des fichiers textuels, encodés et non ;
3) Exploitation des éditions (traitement des données et publication en ligne) ;
4) Pérennisation des données.

Le chercheur qui souhaite démarrer un projet d’édition numérique doit se confronter à deux problèmes :

1)la généralité du standard XML-TEI qui est ouvert sur le phénomène textuel sans distinction ni de langue, ni de genre, ni d’époque. Ce standard dialogue avec tout le monde dans le domaine du Texte mais cette généralité signifie aussi pour l’éditeur, en plus qu’ouverture et liberté, nécessité de créer à chaque fois, de façon autonome, un sous-standard adapté aux exigences de son domaine textuel spécifique. À mon avis, cet espace d’autonomie et d’interprétation personnelle des solutions affaibli et complique l’échange des données ;
2) cette même généralité affecte les instruments à disposition pour la réalisation et la publication des données structurées.

D’un coté, donc, et c’est particulièrement grave, la production des données structurées est un processus lent et lourd parce qu’on utilise des editors qui ont été conçus comme des editors XML tout court, successivement intégrés avec des extensions TEI. Mais, on n’a pas encore conçu des editors expressément adaptés aux exigences de la transcription/édition textuelle. Le résultat est la multiplication des solutions personnelles, liées à l’inventive de chacun mais aussi à ses possibilités techniques (connaissances personnelles ou disponibilité de soutien), et souvent la renonce, par le chercheur, à la réalisation d’un encodage complexe à cause du temps nécessaire à sa réalisation à travers les instruments disponibles.

De l’autre coté, aussi les instruments de publication se présentent à l’enseigne de la généralité, en raison, on explique, d’un désir de flexibilité : un instrument de base pour Tous à adapter par Chacun. Mais, les avantages offerts par la flexibilité risquent d’être annulés par la complexité des opération d’adaptation de l’instrument aux exigences spécifiques du chercheur. Dans la pire des situations, l’humaniste qui ne peut pas compter sur un soutien technique se verra obligé à s’adapter à l’instrument, tout en renonçant à la spécificité de son projet et provocant de cette façon une inversion des rôles intellectuellement inacceptable : au lieu de se mettre au service du chercheur, l’outil numérique s’impose à lui.

Enfin, chaque étape de ce processus est indépendante l’une de l’autre, ce qui signifie obliger l’humaniste à se confronter, à chaque fois, à des problématiques nouvelles qui peuvent même remettre en discussion les résultats de l’étape précédente.

Bref, face à un projet d’édition, le temps de la recherche « effective » risque d’être largement minoritaire par rapport au temps de l’ « organisation » de la recherche.

La perspective?

La nécessité de standardiser et centraliser, après la fleuraison des initiatives individuelles, est désormais évidente, et projet comme Biblissima (http://www.biblissima-condorcet.fr) sont éloquents dans ce sens : il faut désormais rassembler les individus en communautés afin de ne pas gaspiller les énergies, ne pas créer des doublons, et garantir par contre des parcours productifs fluides et partagés. Les plateformes Transkribus (https://transkribus.eu/Transkribus/) et la toute récente TextualCommunities (https://textualcommunities.org) offrent quelques réponses mais pas la réponse globale. Et surtout, encore une fois, elles se présentent comme des outils génériques. Le seul projet qui soulage l’éditeur au niveau de la modélisation, en lui offrant un outil calibré sur un domaine textuel spécifique, est Epidoc (http://www.stoa.org/epidoc/): il s’agit d’un sous-standard TEI expressément conçu pour les textes épigraphiques et devenu désormais essentiel pour quiconque s’approche à l’édition de cette typologie textuelle de l’Antiquité.

Ce qui me semble nécessaire d’offrir désormais à l’éditeur des textes du Moyen Age serait donc une « boîte à outil » qui lui permet de gérer le processus d’édition du début (modélisation) jusqu’à la fin (publication), avec la garantie du soutien d’une communauté spécifique, bien à l’aise avec les questions possibles concernant ces textes, afin que les problèmes techniques ne représentent pas un obstacle à la réalisation de ses recherches et, en dernière analyse, à l’application fructueuse du Numérique aux Humanités. La centralisation des outils et la standardisation du processus rendraient aussi beaucoup plus simple la mise en place de plateformes collaboratives pour la production des données textuelles, facilitant la participation d’étudiants mais aussi de passionnés. L’existence de règles partagées et bien claires permettrait en fait un contrôle plus aisé de la qualité des données produites.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.